Avenir du Congo : On ne va plus laisser plus longtemps le bal des « cancres », les experts doivent s’effacer, la légalité doit céder à la légitimité, le peuple  doit s’exprimer…

cancre

Le meeting de l’opposition congolaise à Pointe Noire: Allons donc au référendum…

 Les responsables des partis politiques, de la société civile et des confessions religieuses, ont tout simplement été priés de prendre part  aux consultations que dirigera le chef de l’État. Pour sûr, il leur parlera de la tenue très prochaine d’un dialogue pour couper court à la croustillante contradiction  sur l’amélioration de nos institutions. Face à une opinion publique relativement divisée, et qui peine à trouver un terrain d’entente, la solution est  pourtant simple. Le schéma à suivre le président va le révéler aux forces vives, sans nul doute, ce mardi 20 mai 2014.

Quelques grandes « gueules impopulaires » qui ont toujours fui les élections s’agitent, alors qu’ils n’ont, à proprement parler, aucune légitimité. Nous savons tous, que seul le débat constitutionnel leur concède un semblant de visibilité. Quelques intellos « fracassés font du tralala, dont certains qui devraient avoir honte de sortir l’éthique. Ils disent faire appel à des juristes pour nous interpréter la constitution. Ils sont bien intelligents, les « chasseurs » de scalps, pourtant ils manquent de sagesse.

Par le simple fait de  penser qu’une interprétation suffit pour faire triompher une opinion. Mais il leur a échappé un petit détail avant qu’ils ne s’en remettent à leurs juristes. Ou n’en rajoutent pas à la confusion. Dans les esprits. Jaloux de « l’autre », ils craignent de se voir sucrer leur « gâteau », et ne veulent surtout pas entendre parler d’une énième candidature de Sassou, habitué à gagner chaque élection.

Pour ce coup-là, ils prennent la gamelle. Qu’ils nous expliquent donc comment, on peut interpréter une constitution en débat ? Chez quelques beaux esprits, on s’est fait des convictions soutenues par une évidence : lorsqu’une constitution est en débat, la légalité cède place à la légitimité.  C’est une bourde, de vouloir nous l’interpréter. Parce que son interprétation n’a plus raison d’être dès lors qu’il y a débat.

Face à une opinion publique relativement divisée, et qui peine à trouver un terrain d’entente, la solution est  pourtant simple. Le schéma à suivre le président va le révéler aux forces vives, sans nul doute, ce mercredi 20 mai 2014.

Une constitution en débat n’a pas besoin de juristes, pourquoi diantre, irait-on les chercher ? Alors que l’on a le peuple congolais pour trancher ce débat s’il tire en longueur. Puisque à force de suivre de bout en bout le débat constitutionnel depuis qu’il a commencé,  le peuple, en sait désormais beaucoup. Au point d’être en mesure de décider enfin.  Il ne va pas commettre l’erreur de détruire son rêve d’avenir.

Toukasse Valence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s