A Sibiti, ils travaillent à l’échec de la Nouvelle République…Ils sabotent tout !

Les doutes sont permis. À Sibiti, on s’est volontiers mis à bricoler un monologue pour le  faire passer aux yeux du monde pour un dialogue. On a tout juste pris quelques leaders qui n’ont plus rien à perdre pour faire de la figuration. Du cinéma géant ! Mais dans le script l’on a oublié la vigilance des patriotes. On a délibérément choisi Sibiti pour « l’inceste ». Elle qui attend toujours la finition de la route qui la relie de Zanaga. Elle qui sommeille  encore sur les ratés de la municipalisation accélérée. On a cassé ce qui aurait pu créer un consensus. Et on s’est précipité à rafler ceux qui courent après les « miké-miké ». Qui perdent leurs âmes, dès que l’on parle de per diem.

Quelques malins de la République ne comprennent pas que nous avions par ce dialogue, l’occasion de sauver notre pays de l’abîme qui s’amène. Que non ! On oublie l’essentiel. On pouvait tout aussi bien se rattraper, et bien mener ce rendez-vous qui aurait pu susciter de l’espoir. Mais on s’est planté. On s’est tellement planté. Et on a commis l’erreur de laisser des gens pleins de mollesse administrer   la thérapie, la mauvaise. On a achevé le tableau, en allant tout de go à Sibiti. Ah ! S’ils comprenaient comme beaucoup, le risque de cet entêtement criard à ne pas faire avec les autres. À faire perdre toute sa crédibilité à ce qui aurait pu être un « compromis Congolais » !

Sassou voulait d’un dialogue, il espérait pouvoir se faire comprendre des autres. Parce que l’homme d’expérience qu’il est sait que force est toujours à la loi. Laquelle loi, lui-même nous, a donnée. Pour voir s’il y avait lieu que par reconnaissance et par pragmatisme, au regard de ce qui apparaît pour lui comme une quête d’absolution (il a eu assez de temps, il aurait pu faire mieux pour le Congo), puisque vaut mieux tard que jamais. Surtout pour avoir été, disons-le, honnête, de nous avoir donné cette constitution qui limite les mandats. Alors qu’il savait, nous aurions très bien pu trouver un compromis.

Feu Omar Bongo Ondimba  l’a fait avec le père Mba Abessole, et bien d’autres dignes Gabonais, pour le bien du Gabon.  Nous aurions pu le réussir chez nous ! Si l’on se parlait franchement. Que nenni !

À un moment où le Congo est plus qu’autrefois observé, en dépit de tout ce que l’on reproche au régime, ce dialogue  devait montrer notre maturité et notre capacité à nous prendre en main. À régler nos problèmes, mais les « nervis » du chaos à qui l’on a donné les coudées franches pour agir, sabotent déjà tout !  À croire qu’ils travaillent à l’échec de la Nouvelle République à Sibiti.

Sassou s’est laissé induire en erreur,  des personnes qui ont son oreille, ont réussi le tour de force de le convaincre qu’il fallait y aller, même sans la véritable opposition. Comme si tout allait marcher à coups d’intimidations  et de quelques « bricolages ». On a commis une monstrueuse erreur de stratégie. Qu’il faut, dans l’urgence réparée. Les cerveaux de ceux qui se font passer pour les « sherpas » ont mal  fonctionné.

Sibiti devait montrer notre maturité, ils sabotent tout !

Sibiti devait montrer notre maturité, ils sabotent tout !

Personne, pas même ceux qui se prétendent  » idéologues »   du régime n’a eu l’intelligence de signaler que l’on risquait le discrédit. 500 Congolais sur 4 millions. Desquels l’on a pris le soin de « sucrer » la diaspora et l’opposition intérieure, la vraie.  On dirait que nous sommes le meilleur adversaire de nous-mêmes. Que nous voulons d’une Nouvelle République « mort-née ». L’on a cru que l’on pouvait entuber le monde, alors que même les médias étrangers : RFI et  Libération ont fouiné et compris qu’il y a un monologue

Mais nous au « Club Sassou 2016 », nous serons à jamais les. « Gavroche », patriotes de la République. Quoique Sassouistes !  Depuis deux ans, nous nous battons pour aider Sassou, pour le Congo, mais pas pour Sassou himself !

C’est pourquoi, nous affronterons les « bradeurs de la République ». Désormais nous serons toujours sur la brèche, toujours mus par la passion patriotique sans laquelle, rien ne pourrait se faire. Et notre seul crime sera de dire la vérité.

Toukasse Valence

Publicités

Une réponse à “A Sibiti, ils travaillent à l’échec de la Nouvelle République…Ils sabotent tout !

  1. Merci Valence pour votre billet .Il reflète l’opinion de ceux et celles qui se sentent proches du président mais restent consternés par le peu de sérieux et de rigueur qui ressort du comportement et de l’attitude de certains de ses proches collaborateurs.
    Un sentiment de gâchis et frustration gagne tous ceux et celles qui aimeraient s’adresser directement au président mais qui ne peuvent pas.
    Espérons que quelques âmes inspirées , vont lire vos lignes et faire entendre un autre son de cloche à notre Président.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s