Grandes réalisations, grandes réussites, Ouesso désormais reliée de Pointe-Noire…

Ouesso ne vivra plus chichement...

Ouesso ne vivra plus chichement…

 La Sangha sort peu de l’isolement. Les populations s’en réjouissent. Surtout de pouvoir désormais aller de Ouesso à. Pointe-Noire, la capitale économique du Congo. Au nom de la mobilisation du président de la république pour gagner le pari des « grandes réalisations et de grandes réussites ». Il faut oser le dire, le gouvernement sous la férule de son chef, Denis Sassou-N’guesso est très  préoccupé par l’avenir immédiat de l’arrière-pays. Lequel passe par la concrétisation des « grandes réalisations » contenues dans le projet de sociétés du président. Parce que Denis Sassou-N’guesso sait que les Congolais veulent des actes, des actions et non des discours.  Le taureau, le chef de l’État, a donc décidé de le  prendre par les cornes. Le choix de  Ouesso et de la Sangha pour la célébration de l’an 55 de l’indépendance du Congo en valait la peine. Ce d’autant plus qu’il fallait en profiter pour donner un nouveau.

Pointe-Noire et Ouesso sont  désormais reliées par une route bitumée. Au point qu’un véhicule peut dorénavant, par route, partir de Pointe Noire au Sud de la République du Congo à Ouesso au Nord. En inaugurant le tronçon Mambili-Ouesso, ce jeudi 23 juillet 2015, le président Denis Sassou-N’Guesso  a posé un acte visant à  mettre fin aux tracasseries routières, et à améliorer la circulation des personnes et des biens, ainsi qu’à désenclaver l’arrière-pays. Ce sont 194Km de route bitumée que le président de la République a inaugurée à. Ouesso, capitale du département de la Sangha. Ce projet multidimensionnel a un impact socio–économique indéniable.

Aujourd’hui, la traversée de la rivière Mambili  par radeaux n’est plus qu’un vieux souvenir.  Ce qui confirme qu’aucune nature n’arrête les ambitions des grandes réalisations. Denis Sassou-NGuesso vient de triompher sur la forêt dans la Sangha, caractéristique principale de ce tronçon de la route nationale numéro2, dorsale de la route Pointe-Noire-Brazzaville-Ouesso.

« Devant les incessants déblais et remblais, dans cette forêt Équatoriale, vierge depuis toujours, il y avait vraiment à faire et même refaire, dans un environnement aussi compliqué que difficile. Où il fallait subtilement trouver la médiane entre les travaux publics et exigence environnementale, entre développement et astreintes sociales. C’est le domaine de développement durable. », a dit le ministre à la présidence en charge de l’Aménagement du territoire et de la délégation générale des grands travaux, Jean-Jacques Bouya, qui tenait ainsi à présenter l’ampleur de la tache exécutée

Affichant un optimisme certain, les ingénieurs, techniciens et ouvriers congolais et chinois, ont affronté à la tâche, la route et le pont ensemble, trois ans et trois mois durant, pour arriver à bout des 194 km inaugurés par le président Denis Sassou NGuesso, sous un temps relativement calme et doux. Le tout sous la sympathie  de la population locale qui n’a pas manqué de lui témoigner sa reconnaissance  pour avoir fait sortir le département de la Sangha de l’enclavement.

Les travaux cet ouvrage ont été lancés le 15 mai 2012, par le président Denis Sassou-NGuesso, dans la foulée de l’inauguration tu tronçon Owando-Makoua-Mambili-Ouesso (ROMO). Fruit du partenariat stratégique Congo-Chine, les travaux d’aménagement et de bitumage de route nationale numéro 2, tronçon Ouesso-Mambili,  a précisé Jean-Jacques Bouya, ont été exécutés par la société China Road and Bridge Corporation et suivis du bureau de contrôle français, Louis Berger

                  A la découverte de la route

Refusant sans doute la logique des salons climatisés, Denis Sassou NGuesso a voulu palper la réalité du doigt en parcourant les 125 km du tronçon Ouesso-Mambili. Le président congolais s’est arrêté quelques minutes sur le pont de la rivière Lengoué, au village Liouesso à 80 km de. Ouesso.

Pour Denis Sassou N’guesso l’inauguration de la route. Mambili Ouesso,  est la matérialisation d’une ambition qui remonte de loin, précisément du plan quinquennal 1982-1986. C’est la concrétisation d’un rêve caressé depuis longtemps. Puisque à l’époque pour des raisons conjoncturelles, seuls 80 km séparant Ouesso à Liouesso avaient été aménagés par la société Duclair.

De notre envoyé spécial à Liouesso.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s