Ce président est  désormais en sursis, par son entêtement…

 Par sa faute le Congo est désormais livré au pire...

Par sa faute le Congo est désormais livré au pire…

Nous voici donc désormais en pleine agitation, et le Congo sur le point d’être le théâtre d’un bras de fer comme on le prédisait déjà, entre un pouvoir en  fin de règne et un peuple plus que jamais déterminé et décidé à bouter dehors un président qui cherche à mourir au pouvoir.
Le président  Sassou,  visiblement  pas compris que le manque de consensus ne veut  pas dire, absence  de loi fondamentale au Congo.

Sassou et sa cour de béni-oui-oui ne comprennent pas, que la légalité, ils l’ont tout simplement jeté aux orties. Ce d’autant plus que la constitution que Denis Sassou N’guesso lui-même a donnée au Congo en Janvier 2002 n’autorise pas l’organisation d’un référendum en vue d’un changement de la constitution ou d’une modification de celle-ci,  en ce qui concerne notamment la limitation des mandats et d’âge.
Ce que beaucoup ne comprennent pas, c’est que l’organisation d’un référendum  vise à rechercher qu’une légitimité. Vous l’avez donc compris, l’égoïsme d’un homme au pouvoir depuis 32 ans, et qui plus est, ignore son serment, s’est mis dans la position de conduire le Congo dans un abîme profond et sans précédent.
Tout le monde s’accorde sur le fait que la démocratie est truquée au Congo : un corps électoral truqué ; auquel s’ajoute le très peu de foi des Congolais  dans l’ensemble accorde dans l’élan de Sassou.
En annonçant la tenue d’un référendum, Sassou volontaire   se cache derrière un peuple qu’il n’a de cesse toujours opprimé, pour s’arroger une présidence à vie. Seulement, il pousse une jeunesse  congolaise «bombe à retardement » et littéralement déjà au bout du rouleau, du fait  du laxisme, du clientélismedu favorise, du clanisme, du tribalisme, et de l’affairisme, érigés par les Sassou en mode de gestion depuis  dix-huit ans, à prendre l’option de la désobéissance civile.
Alors qu’on ne lui  demande que le respect d’une constitution qu’il a de fait, lui-même  donnée à son peuple.
Autant le dire, Sassou par égoîsme-à l’aveuglette et par son entêtement  à croire que celui qui le battra n’est pas encore né, en vérité s’enfonce et précipite son départ. Lui qui désespère  le peuple congolais et détériore l’image que l’extérieur avait du Congo et de ce  médiateur international qui réclame à ses voisins des efforts, que lui  n’est décidement pas prêt à faire.  Il  est temps que l’Occident commence à évacuer ses ressortissants. Car les jours qui viennent s’annoncent très agités.
Toukasse Valence

Publicités

2 réponses à “ Ce président est  désormais en sursis, par son entêtement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s