Antoinette Sassou-Nguesso « j’ai dit à Denis, le départ, c’est maintenant. Mais il n’écoute que lui-même ».

 mon mari, le président Sassou n'écoute que lui-même...

mon mari, le président Sassou n’écoute que lui-même…

On dit souvent qu’une femme connaît mieux son mari que quiconque, ou que lui-même ne se connaît. Le couple présidentiel congolais n’échappe pas à cette règle. En près de quarante ans de vie conjugale, Antoinette Sassou-Nguesso dite « ngouli », alias  » Antou » aura tout vu, tout supporté. Et tout tenter pour conseiller et dissuader son mari de président. La « conseillère », la première du chef de l’État congolais, c’est madame sa femme.
Depuis 40 ans, elle a tout partagé, les moments de joie, le pire et les moments de grande confusion. Des souvenirs inoubliables. Mais le temps est passé par là, les Congolais ont changé. Antoinette Sassou le sait. Elle qui a été récemment visitée par des « combattants » dans son appartement parisien dans le 16e. Madame l’épouse du chef de l’État, qui a confié à des proches  » Denis, n’écoute que lui-même. Je lui ai dit que c’est l’heure du départ. Mais… », ne parvient plus à cacher en dépit de sa dernière apparition au côté du président à Pointe Noire, dans le cadre de l’inauguration de l’aéroport Agostinho Neto, l’inquiétude et l’angoisse d’une épouse qui souhaite sauver la mise à son mari, visiblement porté par son l’orgueil et hanté par des erreurs de la course au pouvoir. Son mari n’est plus tout à fait le même, n’écoute que lui-même.
Comment, diantre convaincre Denis Sassou- Sassou-Nguesso d’éviter l’humiliation ? C’est la principale préoccupation du moment de la first lady du Congo- Brazzaville. Laquelle, mesure que plus rien ne serait comme jadis. Tant les Congolais sont passés des craintes à une pressante envie de tourner la page de son long règne. Madame veut que monsieur sorte par la grande porte de l’histoire.
Et comble de malheur, Antoinette Sassou qui attendait du renfort des autres de la famille Nguesso, assiste impuissante, à une guerre froide entre les enfants publiquement divisés sur le même sujet. D’une part, entre l’aile  » Brazza » et l’aile  » Kinshasa » des progénitures. Tant et si bien qu’une retraite paisible, pour le couple présidentiel du Congo- Congo-Brazzaville, est loin d’être acquise.
Michèle Sylvère Délévoye

Publicités

Une réponse à “Antoinette Sassou-Nguesso « j’ai dit à Denis, le départ, c’est maintenant. Mais il n’écoute que lui-même ».

  1. moi je peux dire que, la priorité ce n’est les elections plustot que les peuples congolais vivent dans d bonnes conditions. si ils vivent bien alord que denis continue parceque le mal des africains, un president avant de sortir prepare non seulement son depart mais aussi le cao du pays et celui qui viendra en premiere chose il va s’enrichir peut etre pour ne jamais batir ce sont les actes par les quelles enpechent le developement del’afrique, les peupleus libiennes voulais la democratie selon eux mais aujourd’hui ou sommes nous? analisons bien le tout pour ne pas reculé aulié d’avancer

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s