Le Général Guy Blanchard Okoî, s’est fait imposer une intervention télévisée, contre son gré : il a choisi la tribu plutôt que le devoir…

Face à ses  replis réguliers dans la logique et dans les devoirs des officiers républicains et sa force de caractère, le clan Sassou a fini à rappeler au général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major des forces armées congolaises de ne pas trahir son bienfaiteur. Pour maintenir l’actuel président au pouvoir et renforcer le stéréotype de la tribu »reine ». Pourtant, rien ne peut plus sauver celui pour qui, ils sont prêts à mourir. Ce d’autant plus qu’il y a de plus en plus de gens qui rejoignent la « résistance ». Décryptage !
On piaffait d’entendre un officier républicain, valeureux- un vrai fils du peuple. Un soldat qui fait du devoir et de la fidélité à servir la République, une forme de noblesse, on aura tout simplement eu un général en pleine transfiguration. Une sorte de « clone ». Défenseur d’un système qui attise le « feu », et qui est totalement vomi par le peuple profond.
Le général de division Guy Blanchard Okôi vient du corps d’élite de l’armée congolaise, Le GIAP. Lequel a pour devise: « fier et fort » et pour insigne- l’archange Saint Michel. Et l’on doute très honnêtement que dans cette confusion monstre et inouïe qui anime le Congo, depuis l’annonce de la tenue d’un vote référendaire que l’adorateur de Saint Michel n’ait pas été en mesure de dissocier « Satan » du peuple opprimé.
Le Congo est dans l’impasse, une impasse politique. Du fait d’un seul homme rattrapé par une loi qu’il a, lui-même fait adopter par son peuple. Et qui lui réclame de quitter la scène, et de passer la main. Pour le triomphe d’une alternance réussie. Que nenni ! Ce-dernier qui a toujours considéré le Congo, comme sa « propriété » se croit, tout permis. Au point de vouloir braver tout un pays, et toute une jeunesse qui rêve de prendre le relais. À cause de Sassou, le Congo risque, si l’on laisse le vote référendaire se tenir, une terrible plongée dans l’abîme.
Il est clair que la constitution que le général de division Guy Blanchard Okoî croît défendre, interdit en lui-même son changement. Même par un vote référendaire comme celui qu’ils veulent organiser le 25 octobre 2015.
De fait,éviter au Congo le pire, c’est militer pour le maintien et le respect de la constitution. On est tombé des nues d’entendre le chef d’état-major de l’armée congolaise se ranger du côté de l’illégalité. Même s’il y a été forcé. Au nom de la tribu et de la reconnaissance pour son « parachutage » et ses épaulettes.
À moins d’un sursaut, comme on peut le constater, le général Guy Blanchard Okoî est pris en défaut. Il risque d’ailleurs de ne plus avoir les mains propres et la tête haute.
On attendait qu’il mette le holà et même sa « légion d’honneur à l’épreuve ». Mais le chef d’état-major est passé à côté de son devoir, de la force de caractère dont savent faire preuve, derrière leur peuple, les officiers généraux réellement républicains. Hélas, Guy Blanchard Okôi aura déçu ceux qui le prenaient en admiration et l’idéal national, préférant se recluer et satisfaire la boulimie de celui qui lui offrit ses étoiles.
Qu’à cela ne tienne, la mobilisation des forces vives congolaises du 20 octobre reste motivée. Et tient de la gageure et de l’énergie. Le pari du peuple congolais est de revendiquer son pouvoir à celui qui cherche à le confisquer.
Pour les  » bourreaux » du peuple congolais, il faut que l’amertume soit à la hauteur de la déception. Et le message, on ne peut plus clair: « pas de référendum, et pas de 3 et mandat pour Sassou ». Quand il faut sauver son pays, il ne faut pas hésiter à le faire. La quasi-totalité du pays rejette en bloc le projet de passage en force de Sassou avec l’appui de quelques hauts gradés originaires de sa région natale qui lui doivent leurs épaulettes. Et leur carrière saute-mouton.
On a l’impression que la tribu, toujours elle, continue de l’emporter sur les valeurs républicaines et le devoir dans le clan d’Oyo. Comme l’a illustré le 16 octobre, le général Guy Blanchard Okoî.
Les Congolais sont impatients de recouvrer leur liberté et leur unité. Et ne ménageront jamais leur peine. Car à travers la désobéissance civile qui s’annonce, c’est une nouvelle page qui s’écrira- et une nouvelle histoire. Celle d’un pays rassemblé qui ne prônera que le mérite, plutôt que le favoritisme; les valeurs à la place des antivaleurs. La dignité plutôt que le déshonneur; le travail pour tous et non pour les seuls membres du clan au pouvoir. Un Congo où ceux d’au-delà de la Likouala-Mossaka ne seront plus appelés  » Katangais »; tandis que ceux qui sont du sud, les « Bakongos ». Bref, un Congo où chacun aura sa chance et sera à sa place, et lequel en 32 ans Sassou n’a pu rendre possible.
On attendait du général Okoî, détenteur de la légion d’honneur française, le devoir avec grand « D ». Dommage ! Il a tout simplement oublié l’article 171 de la constitution qui stipule : « la force publique est apolitique. Nul ne doit l’utiliser à des fins personnels. » Et s’est fondu sur l’article 3  » La souveraineté nationale appartient au peuple ».
Ce que Guy Blanchard Okoî oublie c’est que le Congo qui se dessine et pour lequel se battent les forces vives, tracera véritablement les limites de l’armée, pour sonner la fin de l’embrouillamini sur les militaires politisés et affairistes.
Nous avons suivi avec une attention particulière l’intervention télévisée du chef d’état-major de l’armée congolaise, elle ne nous semble pas inspirée de l’officier lucide que nous connaissons. On s’aperçoit qu’il a été contraint de faire sortie presque humiliante pour le prestige du treillis. La tribu plutôt que le devoir voilà qui n’honore pas du tout le détenteur de la Légion d’honneur qu’est le général de division, Guy Blanchard Okôi.
Toukasse-Valence

Il s'est fait imposer la tribu à la place de son devoir d'officier...

Il s’est fait imposer la tribu à la place de son devoir d’officier…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s