CONGO-BRAZZAVILLE: HOLLANDE N’À PAS APPRÉCIE LA MANIF DES CONGOLAIS SUR LES CHAMPS ÉLYSÉES…

La récente sortie du président français, François HOLLANDE, contrairement à ce certains pensent, est loin d’être un soutien potentiel à Denis Sassou Nguesso. Il s’agit beaucoup plus d’un coup de sang. A cause de la descente de la diaspora congolaise sur la plus belle avenue du monde. Alors que dans le cadre du plan vigipirate, le niveau d’alerte n’est jamais descendu « alerte renforcée », depuis le lancement de « l’opération sentinelle ».

HOLLANDE ne peut sauver Sassou plutôt que six millions de Congolais...

HOLLANDE ne peut sauver Sassou plutôt que six millions de Congolais…


Depuis l’attentat de Mohammed Merah et ceux des frères Kouachi et d’Amedy Coulibali les manifs sur la plus belle avenue du monde sont interdites. A telle enseigne que Manuel Valls avait, il y a tout juste deux ans,pesé de tout son poids pour que « la manif pour tous » contre le mariage gay ne suive pas le parcours des champs Élysées.Le parcours de la plus belle avenue du monde, lieu tres sensible, centre touristique, rue commercante avec ses grands magasins, est prohibé.Ce d’autant plus que sa proximité avec les plus hautes institutions de la république française et la forte affluence des touristes en font un point très névralgique. Comme c’est d’ailleurs le cas de la Place de l’étoile et de la Place Concorde.
Outrée de s’être vue interdite de manifester Place du Venezuela, la diaspora congolaise de Brazzaville, « déchirée » et décidée à se faire entendre-a pensé attiré le plus d’attention sur le Congo par une marcher improvisée sur les Champs Elysées. On se demandera alors, qui est le compatriote qui en a eu l’idée? Alors que jusqu’à présent les « combattants », résistance originelle, « Gavroches patriotes de la république », s’étaient limités à manifester devant l’ambassade. Ou même lorsqu’il leur est arrivé de pénétrer dans l’enceinte de l’ambassade du Congo, de s’en tenir à des dégâts « limités ». Y a t-il eu infiltration ? Contrôle t-on les nouvelles têtes qui s’amène dans la résistance, ou se réjouit t-on simplement de grossir les rangs ?
Certes, en politiques les « muets » ne comptent jamais. Mais nous devons mener notre combat en alertant le monde sur les dangers et l’urgence d’aider le Congo.
La descente des Champs Élysées par la diaspora congolaise à été spontanée, ne bénéficiait d’aucune autorisation en ce lieu très stratégique. Ou d’ailleurs toute manifestation a toujours été encadrée par un cordon sécuritaire de taille. La marche des Congolais sur les Champs à été ressentie à l’Élysée comme le dérapage de trop. Fut-ce celui d’un peuple meurtri par 32 ans d’une dictature qui veut s’eterniser. Ce fut une démesure. Et la limite du tolérable, clame t-on à l’Élysée. Où le maître des céans reste convaincu que la lutte du peuple congolais opprimé doit se faire par des manifs autorisées. Et en des lieux préalablement désignés par arrêté préfectoral. Tant et si bien que la cellule de crise qui suit de près la situation au Congo n’a pas compris. Ne s’explique pas, ce qui a bien pu pousser une résistance qui du reste, en en train de s’organiser légalement. Qui s’est pris un nom  » Les Indignés ». A croire que certaines intelligence voudraient saboter les actions et ternir sur la place de Paris les « Indignés ».
En dépit de l’émotion qu’aurait pu occasionner les pertes en vie humaine de la première journée de désobéissance civile au pays de Sassou, on ne comprend toujours pas que les Congolais de France, pourtant très au fait de la réglementation en vigueur. Et du fait que la France est non seulement pays des Droits de l’homme mais un pays des devoirs, aient pu descendre de façon impulsive sur les Champs Élysées.
François Hollande n’a pas apprécié. Même s’il est de ceux qui exigent le respect des constitutions. Aussi, il a lâché cette déclaration qui a semé le doute et la confusion » Sassou peut consulter son peuple. C’est son droit. Celui-ci doit répondre » . Qui en réalité n’est qu’un coup de sang. Car la France, de ce que nous apprenons de nos sources rue l’Élysée, attend des Congolais qu’ils disent « non! » à la consultation de Sassou. Soit en la boycottant purement et simplement, prouvant ainsi qu’il n’y a pas rassemblement, donc pas consensus. Soit en exigeant et en obtenant que celle-ci respecte, évidemment les principes démocratiques de transparence et de crédibilité. Ce qui du reste,le pouvoir Sassou n’est pas capable de faire.
la voix de François Hollande nous est apparue grave. Son intonation légère et insidieuse. Un peu comme s’il s’agissait d’un abandon du peuple congolais au profit du tyran. Nous devons simplement retenir que la France n’est pas insensible à la tension qui règne au Congo. Qui ne sait pas que la descente de la plus belle avenue du monde est soumise à une autorisation préfectorale? Et qui ne sait pas que le plan Vigipirate rend les choses plus compliquées ?
Hollande qui a hurlé à Dakar,le respect des textes ne peut sauver Sassou plutôt que six millions de Congolais. Menons notre combat, alertons le monde sur ce qui se trame au Congo, faisons de notre mieux pour faire échec à ce référendum et donnons à nos partenaires les raisons de nous venir en aide. Mais gardons nous de donner raisons à ces lobbies qui voudraient présenter Sassou comme gage de stabilité. Lesquels d’ailleurs présentent les opposants comme source d’instabilité. Restons dans la ligne des manifs encadrés.
Toukasse-Valence

Publicités

2 réponses à “CONGO-BRAZZAVILLE: HOLLANDE N’À PAS APPRÉCIE LA MANIF DES CONGOLAIS SUR LES CHAMPS ÉLYSÉES…

  1. qu’ est ce que ca peut nous faire si Francois Hollande ne digere pas une manif d’ une demie journee, alors que le peuple congolais ne digere pas la politique de la France depuis des siecles.

    J'aime

  2. À Monsieur le président de la République, son Excellence Sassou Nguésso.
    Monsieur le président, je sais que ceci peut être considéré pour vous comme une goutte d’eau dans la mer, la preuve avant que vos frères de la franc-maçonnerie ne vous écrivent pour vous demander de retirer votre projet de référendum, nous étions nombreux à vous envoyer des courriers dans lesquels nous avions demandé de n’est pas changer la constitution pour nous éviter un soulèvement populaire qui risquerait d’entrainer le pays dans une guerre civile, mais comme toujours vous avez fait la sourd d’oreille. Mais en ma qualité de citoyen Congolais libre et démocrate, je viens pour la troisième fois prévenir et dénoncer.
    « Lorsque la constitution est violée, je demanderais aux démocrates de manifester ». Dixit Sassou Nguésso en 1997 au boulevard de la révolution.
    Monsieur le président, le CONGO dans son ensemble est plus important qu’un individu ou un groupe d’individus, comme le monde évolue vers une amélioration qualitative et quantitative, des moyens d’action pour atteindre des objectifs définis; et du style de vie des peuples. Nous ne saurions demeurer en marge de ce mouvement planétaire. Surtout que nous aspirons être un pays émergent en 2025. D’où la nécessité pour chacun d’entre nous de placer les intérêts de la communauté au-dessus de nos intérêts personnels et ceux du pays avant ceux de notre ethnie ou groupe d’ethnies formant la communauté à laquelle nous appartenons.
    Il est donc de votre devoir Monsieur le président, de faire de la sorte que l’intérêt du peuple passe avant le vôtre, favorisez au plus vite le respect de celui-ci, vous avez encore le temps de vous rattraper bien que vous veniez de montrer que vous n’aimez pas ce peuple surtout celui du sud.
    Monsieur le président, dans ma première lettre que je vous ai adressé intitulée « mon message de fin d’année au président de la République », j’avais dit que la guerre est la bêtise la plus ignoble que l’être humain puisse commettre, car la Paix est pour les hommes, le bien le plus précieux celui par lequel passe la survie des générations et leur épanouissement intégral. Malheureusement, vous venez de commettre cette bêtise.
    Monsieur le président, la paix que vous n’arrêtez d’évoquer dans tous vos discours que vous avez acquise chèrement vient encore d’être perturbée par vous-même on tirant sur votre peuple vous venez de montrer combien vous ne voulez vraiment pas la paix dans notre pays. Mais on sait que vous faites tout ça pour vous éterniser au pouvoir.
    Monsieur le président, si vous pensez que le peuple a le droit de s’exprimer, alors laissez donc que le peuple continue de s’exprimer comme il l’a fait le 27 sept au boulevard et le 10 octobre à pointe noire, voilà là une démonstration de force sans argent ni tee-shirt le peuple déterminé a dit non à votre projet de référendum. Ayez donc, le courage de retirer votre projet au lieu de tirer sur lui, vraiment vous êtes loin d’être un démocrate.
    Monsieur le président, votre désir de vouloir rester au pouvoir amène le peuple à la désobéissance civile qui est d’ailleurs un droit inaliénable prévu dans notre constitution, malheureusement ce droit s’est transformé en cauchemar pour le peuple quand votre milice a tiré sur celui-ci. Est-ce une bonne façon de faire les choses? Quand on aime son peuple on le respecte mais on ne le tue pas.
    Monsieur le président, si vous croyez être aimé et populaire dans votre pays, pourquoi faites-vous alors appelle aux étrangers pour venir vous soutenir? Vous l’avez fait en 1997 lors du coup d’État qui vous a amené au pouvoir avec les armées Angolaise, Tchadienne, Rwandaise, Zaïroise et autres. Maintenant, pour le référendum vous faites de nouveau appelle aux ressortissants de la RDC(Zaïrois) et du Burundi, quel président êtes-vous donc? Est-ce c’est la bonne façon de traiter son peuple? Non nous ne voulons plus de vous et nous vous remercions pour tout ce que vous avez réalisé dans le pays, passez le témoin à un autre Congolais, car le Congo c’est un pays commun et non une propriété privée.
    Monsieur le président, loin de moi l’idée d’inciter ou de manipuler le peuple, mais en faisant la lecture de la situation qui prévaut dans le pays, je pense que votre règne ne connaîtra plus des succès, la tranquillité et les Congolais ne connaîtront plus l’unité et la liberté, tout ça par votre faute, l’envie de vouloir rester président à vie.
    Monsieur le président, tout ce qui existe connaîtra une fin, l’homme n’a pas le contrôle sur son lendemain, seul Dieu qui en a le contrôle. Je comprends que pour vous laisser le pouvoir c’est connaitre certainement la prison, mais la prison a plusieurs formes, comme celle que vit le peuple Congolais, une prison à ciel ouvert pendant tout le temps que vous êtes resté au pouvoir, permettez que je vous le dise comme vos conseillers ne vous le disent pas, le peuple Congolais souffre et il ne vous aime plus.
    Monsieur le président, on ne tue pas un peuple qu’on aime, si réellement vous vous êtes battu pour la paix au Congo comme vous le dites dans la majorité de vos interventions, il est temps de laisser un héritage de paix à ce pays qui vous a tout donné.
    Monsieur le président, vous venez de remettre votre tenue de militaire et vos galons de général pour tuer de nouveau le peuple qui n’est pas armé, le peuple ne vous veut pas la guerre, il veut seulement que vous arrêtiez votre projet du changement de la constitution, sauf que vous êtes déterminé de lui faire la guerre et on compte déjà plus de dix-neuf(19) morts.
    Monsieur le président, souvenez-vous qu’il existe dans tous les pays au monde une force supérieure à celle des gouvernements, c’est celle de l’opinion publique car celle-ci a toujours raison, un leader politique ne saurait avoir pour seul programme d’être compris, encore moins d’être aimé alors ne forcez pas que le peuple vous aime.
    Monsieur le président, le rôle d’un président n’est pas seulement celui de tuer son peuple mais, il aspire aussi à l’unité de celui-ci, malheureusement, vous avez favorisé le tribalisme, le népotisme, le clanisme et le régionalisme pour votre bien ainsi que celui de votre famille donc, la politique de diviser pour mieux régner, soumettre le peuple à la misère, terroriser le peuple tout cela pour faire asseoir votre pouvoir de terreur. Vous n’aimez pas le peuple Congolais en particulier le peuple du sud, parce que tout le temps vous tirez sur lui, pour vous dire la vérité, le peuple du sud n’a connu que la misère, la souffrance et la douleur depuis que vous êtes au pouvoir et comment voulez-vous qu’il vous aime? Vous divisez et endeuillez les familles des autres pour votre bien quel souvenir voulez-vous que les gens gardent de vous si ce n’est celui d’un président méchant et meurtrier?
    Comme la liberté est gage de la réussite, nous allons construire un KONGO plus important qu’un individu ou un groupe d’individus. Un KONGO fort, ou la liberté de tout un chacun sera respectée et l’unité sera notre base. Un KONGO ou la répartition de la richesse sera équitable. Un KONGO qui va favoriser l’ÊTRE et non l’AVOIR parce que pour nous la grandeur d’un humain n’est pas dans l’avoir mais dans l’être contrairement à votre Congo qui a favorisé les antivaleurs. Vous avez inculqué dans les têtes de vos parents que sans le pouvoir vous n’êtes rien, un président qui prêche la haine. Désolé Monsieur le président!
    De Jean Paul Ounabakidi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s