Soupçons de corruption du médiateur de l’ONU ABDOULAYE BATCHILY par Jean Jacques BOUYA…

Naïfs et dubitatifs les leaders de l’opposition congolaise s’en remettent à la médiation, alors que celui qui l’a conduit a été travaillé au corps par le délégué général aux grands travaux, Jean-Jacques Bouya…
On attendait qu’ils apportent des réponses aux attentes du peuple congolais, las de la confiscation du pouvoir par le clan Sassou. Mais ils se sont naïvement mis à obtempérer, à rêver et à attendre que le médiateur pète un miracle qu’il ne fera jamais. D’ailleurs !
À force de tempérer et de jouer au doux, les opposants congolais vont, à moins qu’ils ne fassent preuve d’intelligence, finir par conforter le président Sas sou dans son hold-up. On commence à se demander si l’on n’a peut-être pas fait confiance dans les leaders autoproclamés de l’opposition un peu vite. Ou même si l’on n’a pas par hasard laissé de côté ou tout simplement négliger les leaders réellement capables de chasser le dictateur ou de répondre proportionnellement à ce dernier.
On dirait que l’on est finalement en face des gens incapables forts en propos et faibles en action pour mobiliser la rue et mettre fin à 32 ans de dictature. Il y a eu de nombreux morts sur le carreau, des arrestations arbitraires, des enlèvements et des séquestrations. Et surtout la mise en résidence surveillée des leaders de ladite opposition. Seulement, on a attendu en vain, la riposte. Alors que l’adversaire a tenu sa mascarade de référendum et promulgué la nouvelle constitution.
Mais les hommes sur qui comptent désormais six millions de Congolais en sont à revendiquer un dialogue. Lequel, on le sait ne changera rien aux ambitions de présidence à vie du président Sas sou. Ce d’autant plus que le médiateur de la crise congolaise, le prof Abdoulaye Batchily (photo) a été bien arrosé par le délégué générale aux grands travaux, Jean-Jacques Bouya. Mais bon sang, comment nos opposants ne sont-ils pas au courant? Pour le flash-back, quelques jours à peine, après que le président hollande se permit de rappeler à Dakar au sommet de la francophonie l’impératif du respect des constitutions et son obligation d’y veiller personnellement, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Afrique centrale Abdoulaye Bathily, s’est affiché à la zone industrielle et commerciale de maloukou, située à 70 kilomètres de Brazzaville avec Jean-Jacques Bouya, après un détour bien sûr à Oyo. Et Jacques Bouya de déclaré, alors que l’on attendait de Batchily de la pugnacité et de la rigueur sur le respect des constitutions:«Nous sommes confortés par la présence du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU. Parce que les Nations Unies, ce ne sont pas seulement la paix et la sécurité mais également le développement économique. Si le Congo a réussi à faire cela avec le président Sassou N’Guesso, c’est grâce à la paix».
Batchily curieusement abondera dans le même sens :«ce qui se fait dans ce site de Maloukou participe à la stabilisation sociale et politique, au développement économique du Congo. Les produits fabriqués ici peuvent servir en République démocratique du Congo (RDC) et dans d’autres États de la sous-région».
Que peut-on au juste attendre d’un médiateur qui sort de sa piste ? Vous avez tout compris. Chez les Sassou, on se lèche les babines lorsque les opposants misent tous leurs espoirs sur le médiateur Abdoulaye Batchily. Youssou Ndour et Macky Sall sont passés aussi à Oyo. Avant de prendre le large non sans les faveurs du « distributeur automatique » du continent. Tout comme le malien Ibrahim Boubakar Keita ou le guinéen Alpha Condé.
Au Sénégal, tout le monde sait qu’au Congo, il y a du  » tiébou ndiene » à gogo. La tentation est trop grande pour quiconque peut s’y aventurer.

Le professeur Abdoulaye Batchily en costume noir à Maloukou en janvier 2015 aux côtés de Jean Jacques Bouya...

Le professeur Abdoulaye Batchily en costume noir à Maloukou en janvier 2015 aux côtés de Jean Jacques Bouya…

Ce qui fait aujourd’hui le jeu de Sassou, c’est l’incapacité des leaders de l’opposition à agir face à un homme sans aucun respect pour une constitution qu’il aura lui-même, du reste fait adopter en 2002. Et qui se prépare à mourir au pouvoir pour fuir ses  » Démons » qui le hantent.
En tout cas, l’opposition, à moins d’un sursaut, a déçu le peuple congolais. Et de manière répétitive ! Les erreurs de tactique se sont multipliées, pendant que Sassou avance et conforte sa position.
Ne nous voilons pas la face, nous devons reconnaître que les têtes d’affiche de l’opposition n’apportent pas les bonnes réponses au problème congolais. Ils remettent en selle Sassou. Portant disqualifié depuis longtemps. Probablement sans le voir.
Toukasse Valence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s