Petits meurtres entre cousins: Le général Mokoko remet le treillis, Sassou doit partir…

 Un général assume. Surtout lorsque son pays va au devant d’un péril. Il a mis du temps à le comprendre. Mais mieux vaut tard que jamais. On attendait depuis longtemps qu’il se tienne en embuscade.  Mais depuis le 03 février 2016, les choses se précisent enfin.  Il n ‘y a plus deux solutions. Soit le président Sassou  garantit les conditions d’une élection transparente. Soit, il sort par la petite porte. Et fissa.

L’officier républicain qui sommeillait en Jean Marie Michel Mokoko s’est réveillé. general-jean-marie-michel-mokoko

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s