Le Ministre de la santé, François Ibovi, agite le limogeage du directeur du CHU comme un trophée…

Bernard Ovoulaka, le désormais ancien DG du CHU de Brazzaville a laissé ses empreintes  non seulement dans la lutte contre les comportements déviants, mais aussi dans l’amélioration  des conditions d’accueil des usagers.  Mais voilà que François Ibovi exhibe son limogeage  comme un trophée.iboviLa Lettre ouverte d’un Congolais au ministre de la Santé et de la Population

Monsieur le Ministre,

Nous sommes nous aussi Congolais comme eux

Le 28 janvier dernier, à l’occasion d’un conseil des ministres, vous aviez réussi à obtenir le limogeage de M. Bernard Ovoulaka de son poste de Directeur Général du CHU. Et comme si cela ne suffisait pas, comme s’il avait contesté votre pouvoir discrétionnaire, vous avez  demandé à être reçu, trois jours après,  à l’une des plus grandes éditions du journal parlé de Radio Congo – le 7 heures dominicale de Madila Pandi Niangui – pour claironner qu’il a été relevé parce que « les objectifs n’étaient pas atteints ». Enfin, vous avez inlassablement  poursuivi votre campagne de dénigrement ici à Dolisie, à l’occasion de la Conférence  des directeurs généraux des hôpitaux arguant qu’il a été relevé « parce qu’il ne travaille plus bien ». Je ne connais pas personnellement M. Bernard Ovoulaka mais, ce qui lui arrive c’est ce que nous vivons depuis aussi ai-je vécu cela comme un coup de poignard dans le dos. J’ai jugé utile de vous le dire pour ne pas faire le lit à l’hypocrisie. Je puis croire que les paysannes et paysans de la Cuvette-Ouest ont vécu eux aussi l’opprobre en voyant un de leurs fils être nominé aux oscars des mauvais managers de la République. Je suis aussi donc leur bouche, mais aussi la bouche de nombreux qui ont choisi le murmure et la résignation devant ce qu’ils appellent ‘’INJUSTICE’’

Monsieur le Ministre,

Je crois  que ce n’est pas pour la première fois qu’un DG est relevé de ses fonctions. Mais c’est pour la première fois, il me semble, qu’un ministre se préoccupe d’emboucher sa trompette pour justifier les raisons de son limogeage  sur les antennes. Pour preuve, ils étaient deux à être relevés dans ce  conseil des ministres mais le ministre des Finances ne s’est pas dérangé pour aller justifier le limogeage du DG de l’ARC. Deux poids, deux mesures : il y a anguille sous roche.  A mon point de vue, cette façon de faire  est bien une volonté affichée et préméditée d’humiliation qui exacerbe les replis identitaires. Par la force des choses ! La République inaugure là certainement une manière d’exposer la nudité des moins méritants mais je crois savoir que les natifs de la Cuvette-Ouest doivent se demander «  pourquoi les expériences aussi amères  comme celle-ci ne commencent que par les nôtres ».

Objectifs non atteints ! Cela est dit, vite dit. En matière de management, les objectifs se fixent à l’avance et ils sont mesurables. J’eus souhaité que le ministre allasse au bout de son exposé en nous parlant de ces objectifs que le gouvernement a fixés d’avance à son commis à la tête du CHU pour qu’une véritable évaluation soit faite par tous.

A ce que je sache, Bernard Ovoulaka était entrain de sortir la plus grande structure sanitaire de notre pays du sépulcre dans lequel ses prédécesseurs l’avaient mis, impunément. Il était entrain de faire du CH-TUE un CHU. En trois ans seulement, il avait réussi le pari ! Ce n’est pas seulement moi qui le dis mais c’est la confession de plusieurs. Le magazine La Force du Direct de Firmin Ndinga, à l’issue de sa première année à la tête du CHU, l’a élevé en qualité de meilleur directeur général. Pendant des années, le CHU manquait d’ascenseurs et les malades étaient transportés du rez-de-chaussée aux étages supérieurs à dos d’homme. Les malades n’avaient ni toilettes, ni douches, l’eau était absente… et tout ce sombre tableau n’appartient plus qu’au passé. En somme, Bernard Ovoulaka a fait du CHU un vaste chantier et les réalisations sont visibles à l’œil nu.

Objectifs non atteints ! J’en ris. Et quand le pays manque pendant des mois du carburant, du gaz dans un pays pétrolier et qu’aucune explication n’est donnée aux consommateurs, qui est limogé pour objectifs non atteints ? Quels sont les objectifs atteints par le Maire de Brazzaville pour qu’il demeure si longtemps à ce poste ?  Et quel est le bilan du prédécesseur de Bernard Ovoulaka pour que vous l’y ayez maintenu 10 ans durant ?  Je m’arrête là pour ne pas parler de SOTELCO devenu Congo Télécom où les AG, boudés même par leurs ministres de tutelle effectivement pour objectifs non atteints, détournements de deniers publics et que sais-je, sont imperturbablement remis en selle.

Objectifs non atteints ! Qui vous croira ? Personne ! Ayez plutôt le courage de dire la vérité. Et la vérité c’est que sa mission en effet était de ramener à la vie cet établissement qui n’était plus qu’un tombeau blanchi. Et maintenant qu’il l’a fait, il convient d’y ramener une qui est  de la race de ceux qui sont faits pour diriger : ceux de la Cuvette. Ovoulaka a fait le travail de la marmite et maintenant, place à l’assiette puisqu’il faut aller à table. C’est la réalité des nominations dans ce pays : les plus aptes aussi bien dans les fonctions militaires ou civiles ne sortent que d’un même département. Ici, mes parents avaient coutume de dire, sans discernement, que les ministres, les généraux dans la Force publique et les directeurs généraux ne se recrutent qu’au Nord du pays, mais à bien voir les choses, il y a plutôt lieu de dire qu’ils ne sortent tous que de la Cuvette.

Monsieur le Ministre,

Voici venir les échéances électorales. Nous sommes sollicités encore une fois à accorder nos suffrages à Denis Sassou Nguesso. C’est une échéance électorale sans enjeux car les résultats sont d’avance connus : en effet, pour être en paix, tous les Congolais à l’unisson  réclament pour l’énième fois son élection à la magistrature suprême. Il le sera donc. Puissiez-vous aussi aider le Président à faire qu’en retour, lorsqu’il s’agit de l’élévation aux hautes fonctions, toutes les filles et tous les fils du pays se retrouvent ! Que cela ne soit pas seulement au bénéfice des filles et fils d’un seul département ! Les autres sont aussi Congolais. Vous rendez-vous compte par exemple, pour moi, natif de Ntsiaki : il m’arrive de me demander combien des nôtres ont accédé au poste de ministre, de DG dans une entreprise ou de général dans l’armée depuis que le Congo est géré par les Congolais ? Et pourtant, il n’y manque pas d’élèves qui ont fait des études supérieures. Je vous en supplie, signez l’acte de naissance de la république de l’équité ! Et que les autres ne soient pas nés Congolais juste pour vous accompagner, vous applaudir et subir vos humiliations.

Je n’ai pas parlé sous les aisselles. Je suis certain que nombreux vous exciteront à me perdre mais emmenez-les à la SNPC par exemple ou au Conseil national de sécurité pour voir tous ceux qui y sont élevés aux hautes fonctions et demandez-leur où est le mensonge dans mes propos. Au reste, apprenez à aimer ceux qui vous parlent selon la vérité et méfiez-vous des génuflecteurs.

Quant à vous M. Ovoulaka, je ne vous connais pas personnellement. Mais ici à Dolisie, on parle de vous en bien pour avoir éloquemment administré l’hôpital de Nkayi. Là-bas le ministre  vous lapide mais mes parents ici vous portent dans leur cœur. Va en paix, ne vous faites point de la migraine, vos œuvres témoigneront de vous longtemps après vous. Vous sortez par la grande porte !

Grégoire Miyalou

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s