Le dialogue n’est qu’un stratagème bien élaboré pour légitimer le hold up de Sassou…

Aller à cet énième dialogue de dupe, c’est tout simplement dire  » Nous avons été battus »; « sois gentils avec nous » ; « ne nous angoisse plus »; « ne nous embastille plus ». Et Sassou, pourra enfin se donner une bonne opinion à l’extérieur. Alors qu’en réalité, il a pris une gamelle.
Je ne comprends pas que certains ne comprennent toujours que le dialogue tant réclamé n’est qu’une manipulation qui ne vise qu’à ramener Sassou dans le jeu politique internationale et peut être à offrir quelques strapontins à tous ceux qui en demandent. Tant ! Certes, chacun est en droit d’affirmer ses besoins, ses désirs et ses intérêts. Mais le fait est que ce qui se trame actuellement sonne comme l’envers de la démocratie. Ce d’autant que ce dialogue est d’emblée une sorte de pleurnicherie. Une supplication à Sassou, dans le genre « ne nous fait plus souffrir »;  » par pitié, arrêtes de nous envoyer au bagne »… Il y a en tout cas, dans cette histoire une forte dose de manip’. Nous devons le dire sans gène aucun, la manipulation a toujours été au cœur du système Nguesso.
De la même manière, il aura berné l’opposition congolaise à travers les retrouvailles d’Ewo, de Dolisie et de Sibiti. De la même manière, le dialogue à venir ne saurait jeter véritablement les bases d’un système électoral réellement transparent. Le tyran n’a pas attendu pour réfléchir à son avenir.

D’ailleurs, l’argument moral selon lequel, il faut coûte que coûte aller au « mbongui » ne sert qu’à légitimer le hold up qui a eu lieu. Et à ouvrir ainsi à Sassou , les couloirs des institutions financières internationales. Il faut se donner bonne conscience. Et bonne mesure. Ceux qui s’agitent et rêvent de quelques strapontins s’apercevront vite d’avoir été entubés. Certains ont tellement pris l’habitude de se faire avoir qu’ils voudraient remettre cela. L’affaire devient chronique. Etre naïf, à ce point, c’est décidément être d’une vulnérables aux influences de Sassou, à la mort. Qui n’a fait que s’arroger une élection qu’il a pourtant brillamment perdue.
Au fait, de quoi, est-il question ? Pour ceux qui ne sont pas vraiment dans le secret, il est tout simplement question de la part de ceux qui voudraient se précipiter sur les « miettes », d’un aveu et de faiblesse, mais surtout d’un manque d’égards à l’endroit de tous ceux qui se sont mobilisés pour faire triompher l’alternance. Ces milliers d’hommes et de femmes qui se sont rendus aux urnes.
Au nom de l’amour de la patrie. Et même de ces hommes qui au nom de l’intérêt commun, auront renoncé à leurs propres intérêts.

Il y a en effet, un manque d’orgueil, un manque d’estime de soi et des autres. Aller à cet énième dialogue de dupe, c’est tout simplement dire « Nous avons été battus »; « sois gentils avec nous »; « ne nous angoisse plus ». Et Sassou, pourra enfin se donner une bonne opinion à l’extérieur. Sassou croit avoir trouvé ses moutons et même le moyen d’asseoir enfin durablement son forfait. Le rapport de force, il le reprendra à son profit, à ses retrouvailles. Sassou n’a qu’un besoin, celui de tout tyran qui rêve de se donner une meilleure image. Il ne cherche qu’à reprendre la main sur le plan international. L’appel au dialogue est un doute en nos capacités et en nos possibilités. Voire même à tous ces parapluies larges qu’on nous a ouverts.

 

  • Michèle Sylvère clement_mouambaaa_fileminimizer

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s