A défaut de l’éliminer physiquement, la dictature veut le mettre au BAGNE…

ANDZIMBA 

La machine de l’injustice s’est remise en branle. Pour régler son compte au récalcitrant,  Jean Marie Michel Mokoko. Qui  refuse de se « coucher », malgré les caisses d’argent proposées et même les discours des tous ces missi- dominci qu’on lui envoie, depuis quelques temps. J3M paie aujourd’hui le prix de son honnêteté et de sa loyauté au peuple congolais qui l’a désigné président de la république. L’affaire est grave, ce d’autant que son  entourage est pris à partie. Anatole Limbongo, Jean Ngouabi et tant d’autres sont passés sur la charrette.

L’intégrité et les convictions, Mokoko sait qu’il doit  continuer à se battre pour cela. Le général a la conscience tranquille.  En  dépit d’une justice aux ordres qui reçoit ses sentences du tyran lui-même. En fonction de ses humeurs.  Celle de Sassou, on le sait actuellement  est à plaindre.

Qu’on ne s’y trompe pas, « l’affaire Mokoko » est une affaire de personnes. Une haine de Sassou à l’endroit d’un adversaire à poigne que le Congo profond a trouvé digne de le conduire.

Depuis quelques, jean Pierre Mabiala, « l’homme de sac » du dictateur s’est mis en tête de sortir la « corde » en appelant à  activer la procédure engagée contre Mokoko.

Nous  savons pourtant, qu’il  une qualité  et un devoir pour  toute justice digne de ce nom, d’être  indépendant. Pour assurer à tout citoyen ses libertés. Dommage !

L’opposition doit continuer de prendre l’opinion tant nationale qu’internationale à témoin pour tous ces procès en sorcellerie intentés contre des opposants. Dans le seul but de les anéantir politiquement. Et de  déchoir à leurs ambitions.  Vous l’aurez compris « l’affaire Mokoko » la une odeur de règlement politique. Sassou, puisqu’il s’agit de lui, cherche par tous les moyens à épurer  politiquement tous ceux qui lui font de l’ombre.

L’évolution de cette chasse aux sorcières  parle d’elle-même. Car en effet, s’il devait  vraiment y avoir matière à procédure, la justice, la véritable aurait dû s’activer avant même la présidentielle. Or, il ne s’est agit que de filer la pétoche au général.  Qui du reste n’est pas homme à se laisser  mener en bateau.

Sassou et ses « ndougourous » veulent  à tout prix  priver Mokoko de l’action politique, pour étouffer l’opposition.  Parce qu’en vérité, il n’ ya pas de charges suffisantes dans affaire.

Toukasse Valence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s