Sassou avait bel et bien rendez-vous avec Donald Trump…

Nous ne devons pas être rebelle à la vérité. Certains aiment toujours jouer sur les querelles et sur les folklores. On tire pas sur le pianiste !Dommage !

Le président congolais Denis Sassou N’guesso avait bel et bien rendez-vous avec Donald Trump à Miami en Floride. Mais suite à l’emballement  de certains milieux, le prochain locataire de la Maison Blanche s’est rétracté au dernier moment. D’autant que la tradition protocolaire aux Etats Unis veut que le président élu attende d’être investi pour enfin avoir les coudées franches.  J’imagine les pressions tous azimuts qu’a dû subir Donald Trump pour annuler son rendez-vous avec Sassou. Nul n’ignore que depuis son élection spectaculaire et presque inattendue, tous les grands de ce monde piaffent de le rencontrer.

Trump puisqu’il s’agit de lui n’a parlé à Hollande, à Poutine,  à Merkel, à Hu Jin Tao,  à Théresa May  et à tous les autres qu’au téléphone.  Toutes ces personnalités sont engagées dans une sorte de course contre la montre pour  s’entretenir avec leur homologue américain. Lequel s’apprêtait à avoir un tête-à-tête avec Denis Sassou N’guesso. La rencontre quoique informelle, a évidemment  fait des envieux.  Sassou sait qu’en politique,  comme dans les rélations internationales, les muets ne comptent jamais.  Tous ceux qui le connaissent savent qu’il a toujours été sur la brèche. Il allait réaliser ce que personne n’a pu. Lui, le président d’un petit pays d’Afrique, ancienne colonie française. Mais l’organisation d’une telle rencontre relève de la gageure et même de la plus grande discrétion.

Le gouvernement  congolais n’aurait pas dû sur-médiatiser la rencontre entre ces deux personnalités. L’usage même au Congo veut toujours que les  futurs époux  refusent de se faire photographier avant  la cérémonie. Il est d’ailleurs connu que  la mariée doit se dissimuler  le visage derrière une dentelle. Et ce n’est que dans l’enceinte de l’église ou de l’hôtel de ville, une fois le mariage célébré, qu’elle peut enfin se prêter au jeu des flashs.

A tous ceux qui dans le cadre de cette affaire, vouent aux gémonies le président du Congo,  je dis « dommage ! » et je trouve tout simplement leur attitude puérile et un peu fort de café. Un  groupe d’individus  pénètre dans votre maison et se rue  sur votre géniteur, vous vous mettez à applaudir. C’est tout simplement lamentable !

Nous, on ne nous fera jamais croire qu’un homme comme Firmin Ayessa,  l’interface du Président de la République, ait pris sur lui de signer un communiqué officiel, sans avoir eu au préalable la confirmation de la part d’une voix autorisée de l’équipe ou de la famille Trump. Ayessa connait les rouages, il tient de très loin, il a agit en conséquence. Mais c’était sans compter sur la réaction  du reste du monde et  même de l’actuel administration américaine qui reste en place jusqu’au 20 janvier 2017.

Trump avait besoin d’un coup de main pour le coup de peigne qu’il compte donner dans le bourbier africain, notamment en Libye. Certes, le Congo a  été le premier à solliciter ce  rendez-vous, mais Trump a sauté sur l’occasion.

Doudane Marsini trump

Photo : le président sassou lors de son départ pour Miami en Floride…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s