Mokoko n’a pas été élu pour être le prisonnier de Sassou, il faut un soulèvement populaire…

Ne restons pas stupéfaits, le procès Mokoko est une occasion pour faire partir, à plein badin, le tyran. J3M monte sur l’echafaud avec courage et surtout sans aucun regret. Il préfère le silence parce que le sort en est jeté: il sera en face d’une justice aux ordres du dictateur. Le général Jean Marie Michel MOKOKO n’a pas de parti. Il a été choisi par le peuple pour amortir les tensions dans un pays trop souvent porté par la tribu et les divisions Nord-Sud, parce qu’il est un symbole de l’unité et de la Paix. Il n’a pas été élu Président de la République pour rester en prison. Si nous voulons qu’il assume la mission qui lui a été confiée, nous devons cesser d’avoir peur. Il faut un soulèvement populaire. Nous en sommes capables. Nous ne devons pas attendre pour mettre fin au martyre des opposants à Sassou. Trop de gens croupissent actuellement en prison.Tout le monde risque de s’y retrouver.
Nous devons comprendre que Jean Marie Michel MOKOKO n’est qu’un prisonnier politique.Et un prisonnier de Sassou. Un prisonnier qui n’est pas comme les autres. C’est un homme qui,face à la grande souffrance du peuple congolais, s’il était libre, agirait par devoir et par patriotisme pour chasser le tyran.
L’origine de notre déclin est connu: c’est Sassou. Il a toujours usé des mensonges les plus vils et les plus répugnants pour nourrir les divisions. Il a eu assez de temps pour agir,mais il n’a jamais été à la hauteur des fonctions d’un président de la République. Il n’est pas à la hauteur, il ne sera jamais un Homme d’État. Il n’aime pas ceux qui sont compétents,il préfère les médiocres. Il triche tout le temps avec toute sa famille. Il a mis le pays à terre. Nous devons éviter la saga des opposants à son régime. Il n’aime pas le Congo et les Congolais. La nouvelle république n’a été qu’une arlésienne. Il a beaucoup tué, beaucoup trompé et beaucoup affamé. Avec ce sanguinaire, les crimes politiques et les purges ne finissent jamais. Il ne va pas bien.Il s’est pris le Congo pour son bien personnel.
Son intransigeance,son refus d’accepter qu’en 32 ans il s’est planté sur toute la ligne, son refus d’accepter le ras-le-bol du peuple de son régime, le poussent à faire feu de tout bois et à ôter des vies inutilement, lorsqu’il ne nous sert pas tout simplement des pythons de dix metres, comme l’affaire MOKOKO pour laquelle, le désormais mis en cause, lui avait déjà tout avoué. MOKOKO n’a jamais rien nié. Pas plus qu’il n’a cherché à se repentir de sa tentation secrète. Sassou avait pris acte de son aveu et de son courage. Sassou l’avait rassuré qu’il n’en tenait pas compte. Selon le dictateur cette affaire n’était plus qu’un mauvais souvenir, le linge salé était lavé. J3M était même devenu son conseiller spécial.Mais le hic, c’est que Sassou ne s’attendait pas à avoir MOKOKO comme candidat, contre lui. Ils ne l’a jamais du tout gobé. Il s’est offusqué et vidé de son orgueil, que les Congolais lui préfèrent un autre nordiste. Et là, « pan ». Le bourreau du peuple congolais a sorti de ses placards un « cadavre » qu »il avait bien gardé pour couler définitivement un concurrent à poigne.
Nous ne devons pas nous effrayer d’un dictateur au couchant de son hégémonie.
861282-le-candidat-independant-a-l-election-presientielle-au-congo-du-20-mars-jean-marie-michel-mokoko-a-so Toukasse Valence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s